Nous sommes si accoutumés à l’idée que le commerce se réduit à un calcul d’intérêts que l’on en
vient à oublier qu’il requiert aussi la capacité à susciter des comportements de coopération et de
collaboration. Cette observation, qui peut s’appliquer à la vente la plus ordinaire, prend une
importance décuplée lorsqu’il s’agit des relations de type clients-fournisseurs que peuvent nouer des
entreprises…

 

Article écrit par Armand Hatchuel, paru sur Le Monde_Les vertus du bon commerce_20160216

 

 

Partager